VOTRE ÉPARGNE

Pollue plus que vous...

Date : Mai 2023

VOTRE ÉPARGNE

Pollue plus que vous...

Date : Mai 2023

Contexte : pollution et finance

Depuis quelques années maintenant, nos sociétés opèrent une transition dite énergétique due à leurs impacts indéniables sur le monde du vivant, l’environnement et la planète.

Aujourd’hui où en sommes-nous ?

Certains particuliers optent pour la voiture électrique, les panneaux solaires, le composte etc.. Parmi eux, des entrepreneurs et dirigeants font eux aussi des efforts pour réduire leurs émissions et leur impact environnemental en choisissant le numérique plutôt que le papier, la visioconférence plutôt que le rendez-vous physique chez les clients et c’est très positif ; d’autant plus que depuis ses 5 dernières années, nous constatons une augmentation significative des personnes sensibles à ces sujets et surtout prêtes à vivre différemment, on va dans le bon sens !

Ce qui pollue le plus chez vous c’est votre banque.

En effet, peu importe le bilan carbone de votre foyer ou de votre entreprise car votre argent placé en banque pollue bien plus que vous. Alors à quoi bon changer l’ensemble de notre mode de vie si le système ne suit pas ?

Depuis les accords de Paris de 2015 censés accélérer la transition énergétique des plus gros pollueurs :

  • Les banques mondiales ont financé plus de 4 000 milliards de dollars dans les énergies fossiles.
  • Les 6 principales banques françaises ont émis 8 fois plus de gaz à effet de serre que l’ensemble de la France et de ses habitants.
  • La Société Générale, la BNP et le Crédit Agricole ont respectivement financé 684, 425 et 369 millions d’euros dans l’extraction de charbon entre 2016 et 2020.

Nous jouons le jeu, pas eux…

Le problème, vous me voyez venir, c’est votre argent qui leur permet de le faire. Oui, oui votre livret A qui ne vous rapporte rien, vos assurances vie et autres comptes et épargne polluent plus que vous et votre consommation.

Bon à savoir :

  • 4,5 tonnes de CO2 c’est l‘émission moyenne d’un français en 2018,
  • 12 tonnes de CO2 c’est l’émission annuelle de 15 000€ d’épargne dans une banque française.

Vous l’aurez compris, nos efforts individuels réduisent notre impact mais le plus important c’est de dépolluer notre argent et plus largement dépolluer le secteur bancaire.

Pas de panique, il existe des solutions
Comme vous le savez, nous sommes très sensibles à la cause écologique et travaillons main dans la main avec des partenaires aussi soucieux que nous.

Je vous propose aujourd’hui deux alternatives bancaires qui participent grandement à la dépollution de la banque sans changer vos habitudes.

Voici Hélios et GreenGot
Deux banques françaises audacieuses qui partagent les mêmes valeurs que vous et moi et qui, en plus, financent exclusivement des projets durables.

Vous bénéficiez des mêmes services que votre banque actuelle, d’une équipe dynamique et à l’écoute et surtout votre épargne ne contribue plus à polluer la planète, au contraire, votre argent participe activement à la transition énergétique. C’est mieux non ?

Mon analyse :
Si notre argent pollue plus que nous dans les banques traditionnelles, nous devons changer de support, c’est indéniable

Aujourd’hui des solutions s’offrent à nous mais sont-elles aussi sécurisées et avantageuses ?

Le constat est clair, ces deux banques font preuve d’une transparence inégalée dans le secteur bancaire, vous savez où va votre argent et ce qu’il finance. Vous avez même la possibilité de choisir le secteur durable que vous souhaitez soutenir en priorité.

À titre d’exemple, dans une banque traditionnelle, vous ne saurez jamais avec exactitude où se situe et ce que finance votre épargne.

Ces banques sont-elles indépendantes ?

C’est un grand OUI, elles ont bénéficié de levées de fond et ne sont rattachées à aucun grand groupe. Seule Hélios est adossée à la licence bancaire de SolarisBank, une banque allemande, mais aucun dirigeant de Solaris n’a de poste opérationnel au sein d’Hélios et les dépôts (votre argent chez Hélios) sont isolés du bilan de Solaris Group.
Pas de loup dans la bergerie, soyez rassurés.

Seuls inconvénients pour passer le cap :

Les seuls points que j’ai trouvés à leur reprocher sont des contraintes systémiques inhérentes à leur statut de néo-banques, à savoir :

  1. Impossible d’encaisser des chèques ni de l’espèce, virement bancaire uniquement.
    Pas réellement un problème quand on épargne grâce à un salaire viré sur le compte courant.
  2. Livret non rémunéré pour le moment.
    À l’image du livret A qui rémunère 2%/an et vous fait croire qu’il vous enrichit (attention l’inflation passe par là) celui-ci à le mérite d’être honnête, il ne vous rapporte rien, mais les fonds sont disponibles, transparents et ils dépolluent votre épargne.
  3. Pas de solutions de crédits. Laissez-leur le temps de se développer et bientôt, vous pourrez emprunter pour votre résidence principale auprès de banques 100% vertes. En attendant, COURTHÉRA FINANCEMENTS vous accompagne dans vos recherches de crédits via les banques traditionnelles.
  4. Pas d’investissement en bourse.
    Il vous sera impossible d’investir en bourse sur des supports écologiques avec ces banques pour le moment.
    Excusez-les, les label ISR et Greenfin vous garantissant des supports durables et responsables sont controversés et doivent, à mon sens, être modifiés avec plus d’exigence. Si vous êtes à la recherche de supports d’investissements financiers 100% verts, je peux vous accompagner dans vos démarches en sélectionnant ensemble des sous-jacents exclusivement durables en accord avec vos valeurs.

En conclusion

Oui notre argent pollue et oui, il est urgent de le positionner sur des supports durables. Des solutions existent, à nous de réduire notre dépendance à ce système nuisible et vieillissant.

Pour en savoir plus, voici leurs liens :

Besoin de conseils en gestion de patrimoine, crédits et investissements ?